les news de james…

Bienvenue sur mon blog

 

COMES 18 juin, 2012

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 20:15

musée des beaux-arts

hommage à didier comès, l’un des plus grands talents belge de la bd noir et blanc d’après-guerre

du 10/05 > 15/09/12

il est entré dans l’histoire de la bande dessinée dans les années 80 avec un roman graphique inoubliable : silence
mais plus tôt déjà, il avait livré au magazine tintin  » l’ombre du corbeau  »

c’est à l’occasion de la réédition en noir et blanc de cet album introuvable depuis plusieurs années que le bal a décidé de rendre hommage à comès en lui offrant toute la salle d’exposition du musée durant 4 mois

cette expo nous emmène des débuts (le soir jeunesse, pilote ou encore spirou) aux travaux inconnus des dernières années

un parcours à la fois chronologique – réservant d’étonnants inédits – et thématique.

 

 

 

 

REPETITIONS FANCY-FAIR

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 19:58

à l’école

 

 

 

QUELQUES GRAVURES

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 19:52

retrouvées chez maîtresse

 

 

 

SILVER RAT BAND

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 19:48

la péniche inside out

eddy « silverrat »: chant, rap, slam
michel debrulle: batterie et percussions
olivier kelchtermans: sax alto et baryton
anne genen: sax alto et baryton
clément dechambre: sax alto et clarinette basse
véronique laurent: tuba et sacqueboute
 

 

BBQ CHEZ RAJI RAJA

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 19:23
 

 

FETE CHEZ BABAYOU

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 19:21
 

 

FÊTE DU 1er MAI 2 mai, 2012

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 19:31

place saint-paul, puis chez astrid

 

 

 

ANTOINE WAUTERS

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 13:04

césarine de nuit

livres au trésors

 

« un texte dur avec des mots doux » dit de césarine de nuit antoine wauters

on ne saurait mieux exprimer le trouble qui saisit le lecteur à mesure qu’il avance dans ce conte cruel

césarine et fabien sont deux jumeaux, issus d’une famille paysanne, que leurs parents abandonnent

ce n’est pas tant leur périple d’enfants perdus, fuyards tôt « repris en main », traînés d’institution en asile qui nous retient : c’est la violence de la traque et des traitements qu’on leur inflige pour les faire rentrer dans l’ordre

on a tôt fait de comprendre que l’enjeu de ce récit dépasse de loin la simple compassion pour une innocence martyrisée

ce que l’autorité mystérieuse et impitoyable qui met césarine et fabien en prison cherche à corriger en eux, c’est leur indocilité, leur faim de vie libre, leur nature non conforme

et le conte se mue en réquisitoire implacable contre un monde, le nôtre, qui s’acharne par des moyens très légaux sur ce qui ne se soumet pas à ses lois et ses normes

en ces enfants, c’est le désir qu’on assassine. jean-pierre siméon

 

philosophe de formation, scénariste pour le cinéma, antoine wauters s’est fait connaître par ses recueils debout sur la langue, (maëlstrom), os, (tétras lyre) et ali si on veut (cheyne), pour lequel il a reçu le prix polak de l’académie de langue et littérature françaises de belgique

la récente publication de césarine de nuit, publié dans la collection grands fonds de l’illustre éditeur cheyne, fait exploser les étiquettes : poème ? conte ? récit initiatique ? il serait trop réducteur d’enfermer césarine dans une nouvelle prison

on peut juste vous dire que le texte d’antoine est empli d’une saine colère contre les systèmes mis en place par notre société pour enfermer l’innocence, brider la sauvagerie et soumettre les enfants rebelles

et ajouter qu’il se met en colère avec beaucoup de style !

 

 

 

ISABELLE LINOTTE

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 12:57

galerie arte coppo, verviers

ad vitam aeternam

du 12 mars au 8 avril

rien de funèbre là-dedans, mais plutôt une réflexion sur la continuité de la vie et sur les éléments qui aident à l’assurer.

c’est une longue convalescence qui a amené l’artiste à méditer de manière créative sur le côté positif que l’on peut donner à la vie

les matériaux qu’elle utilise n’ont rien de sophistiqué et prennent d’emblée une dimension symbolique

dans des fleurs esquissées à la manière d’un dessin scientifique, elle place la forme « champignonnesque » d’un jeune fœtus, forme que l’on retrouve en divers lieux de la galerie, multipliée en de nombreux exemplaires d’ouate comprimée, en une harmonieuse courbe d’individus suspendus chacun à un fil et survolant un cœur sur lequel est posée une paire de ciseaux, isabelle linotte rappelle aussi que l’existence reste fragile et qu’il faut en profiter tant que c’est possible, car personne ne connaît ni le jour ni l’heure

de petites dalles dans lesquelles sont incrustés divers objets et matières font penser que notre époque produit sans doute aussi de ces fossiles qui nous ont fait connaître de fort anciennes formes de vie

par ailleurs, tendus sur des cadres qu’ils recouvrent, des carrés de caoutchouc de chambre à air habilement percés d’entailles deviennent de véritables compositions graphiques qui, par les vides ainsi créés, rendent une vie nouvelle et paradoxale à leur matière d’origine, puisque généralement une chambre à air trouée n’a plus d’utilité

et puis il y a cette étonnante réalisation créée lors d’un symposium international tenu en allemagne et où il était demandé aux artistes de présenter une œuvre évoquant un aspect de leur pays d’origine

sensible aux dissensions qui s’exacerbaient à ce moment entre nos communautés linguistiques, Isabelle Linotte imagina de jouer sur quelque chose qui unit nos compatriotes du nord et du sud

c’est ainsi que naquit cette robe en mouvement constituée d’un de nos plats nationaux, les moules, animées d’un léger friselis continuel, les coquilles jouent, elles aussi, un rôle inattendu

et qui ne déplairait pas à l‘une ou l’autre sirène…

 

 

A LA GLISSE !

Classé dans : 2012 — boumboumjames @ 12:50

à chiesa

 

 

12345...15
 
 

Au fil des couleurs |
Cannepaille |
Vie de Théâtre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA ROULOTTE-SCARABEE
| .:| Graphinistinique |:.
| gepeint